Jump menu

Main content |  back to top

Info Presse

Shell permet le redémarrage de la raffinerie de Pt Couronne

Shell permet le redémarrage de la raffinerie Petroplus de Petit Couronne par la signature d’un contrat de processing pour une durée de 6 mois

Shell contribue aux travaux de redémarrage à hauteur de 10 millions d’euros

Colombes, 24 février 2012 – Ces dernières semaines, Shell s’est engagé dans une recherche de solutions afin de permettre le redémarrage de la raffinerie normande et faciliter ainsi sa reprise. A l’issue de discussions avec les autorités françaises, Petroplus et les administrateurs judiciaires, un protocole d’accord a été conclu entre les parties aux termes duquel Shell financera les travaux de redémarrage à hauteur de 10 millions d’euros, sur une enveloppe totale estimée à 38 millions.

Si les travaux de redémarrage s’effectuent correctement, un contrat de processing entrera en vigueur pour une durée de six mois maximum.

Ainsi,
• Shell livrerait jusqu’à 100 000 barils de pétrole brut par jour en vue de son raffinage.
• La raffinerie serait rémunérée pour le traitement à façon du brut, ce qui lui permettrait de pouvoir maintenir les niveaux exigés de qualité et de sécurité.
• Un contrat de commercialisation par lequel Shell vendrait à Petroplus des produits raffinés en vue de leur revente serait aussi proposé. Cela permettrait à cette entreprise de conserver toute son expertise marketing et commerciale en vue d’une reprise.

En concertation avec les administrateurs judiciaires, le contrat pourra être interrompu avant son échéance si l’activité générait des pertes significatives.

Il devra aussi recevoir un avis des institutions représentatives du personnel de Petroplus ainsi que l’obtention d’ordonnances des juges-commissaires des Tribunaux de commerce de Rouen (Seine-Maritime) et de Nanterre (Hauts-de-Seine) autorisant cette opération.

«Nous nous félicitons de la signature de ce protocole qui constitue une première étape vers la remise sur pied de la raffinerie, a déclaré Patrick Roméo, Président de la Société des Pétroles Shell. Il devrait nous permettre aussi de sécuriser notre chaîne d’approvisionnement et va considérablement faciliter les efforts de ceux qui recherchent un repreneur car une raffinerie à l’arrêt est pratiquement invendable. »

Shell rappelle enfin que le rachat de la raffinerie de Petit Couronne, cédée à Pétroplus en 2008, n’est pas une option envisagée par le Groupe.