Une route de campagne étroite

Michèle Mouton

Pionnière dans le domaine, elle reste la seule femme à avoir remporté une épreuve en championnat du monde des rallyes.

« Je choisirais deux trajets, un dans une voiture classique et l'autre dans une voiture de rallye. Le premier serait un voyage en 4x4 au Kenya, un pays qui reste très spécial pour moi. J'adore ses paysages et les habitants. C'est un pays magnifique rempli d'animaux extraordinaires.

Quant à la voiture de rallye, je la conduirais en Suède. J'adore conduire sur la neige, on a l'impression de faire de la danse classique. Et je choisirais une voiture de rallye moderne. Je n'en ai jamais piloté. J'ai toujours piloté une Quattro, ce serait sympa de changer. »

Giuliano Pavone

Le journaliste automobile italien Pavone Giuliano réaliserait un circuit touristique dans son pays.

« Dieux de l'automobile, envoyez-moi une Citroën DS. Je sais que je pourrais avoir une voiture ultramoderne, mais ça ne vaut pas un rêve d'enfant. Offrez-moi 24 heures, par une magnifique journée de septembre, sur n'importe quelle route de campagne de ma région natale des Pouilles.

Laissez-moi m'installer confortablement dans ces immenses sièges souples, tourner la manivelle pour baisser la vitre, et m'enivrer de l'arôme inimitable des voitures anciennes. Je conduirai tranquillement, en tournant paresseusement le volant de la main droite, le bras gauche à la fenêtre. »

Vicki Butler-Henderson

La présentatrice de Fifth Gear a choisi un itinéraire qui lui est cher.

« Je me rendrais dans la ferme du Hertfordshire où j'ai grandi et où mes parents vivent encore aujourd'hui. J’aurais pour seul compagnon une voiture que je connais bien, la Honda S2000. Ces huit dernières années, j'en ai conduit plusieurs et j’ai parcouru 100 000 miles avec. J'aurais l'impression de commettre une infidélité si je devais choisir un autre modèle.

J'ai réalisé certains de mes trajets les plus mémorables de nuit. Je choisirais donc une nuit de pleine lune parfaitement dégagée. Je refermerais bien le toit pour rester parfaitement concentrée, tous mes sens en éveil. »

Richard Meaden

Le journaliste automobile a parcouru les routes les plus belles et les plus difficiles de la planète.

« Je choisirais les 12,42 miles les plus passionnants au monde selon moi : la course de côte internationale de Pikes Peak. Unique en tous points, cette route remarquable alterne régulièrement entre des portions de terre et d’asphalte dans son ascension implacable jusqu'au sommet de Pikes Peak, à 4 301 m d'altitude. Cette route unique en son genre mérite clairement une voiture tout aussi radicale. Je prendrais donc la voiture que j'ai utilisée au cours des dernières éditions : une monoplace PVA-06. »

Petite route de montagne

Allan McNish

Après son succès en juin, l'Écossais compte désormais trois victoires au Mans.

« La moto occupe une place particulière dans mon cœur, au même titre que ma patrie, l'Écosse. J’aimerais donc partir à moto en Écosse. Vous ne pensiez tout de même pas qu'un Écossais choisirait un autre endroit ?

Seule la moto permet de tout oublier, de s'échapper et de faire le vide. Vous n'avez pas de téléphone, pas d'accès à vos e-mails ni à Internet, pas de passager. Il n'y a que vous et vos pensées dans votre casque, sur une machine qui répond instantanément à toutes vos commandes. »

Une route bien entretenue dans un paysage verdoyant

Andrea Forni

Le génie du design et de la technique de Ducati reste fidèle à la route qu'il adore depuis son enfance.

« Je choisirais forcément la route qui fait partie de ma vie depuis que j'ai enfourché ma première moto à l'âge de 16 ans. Elle apparaît sur les cartes routières italiennes sous le nom de « Strada Statale N°65, del passo della Futa ». Cette route est une véritable légende pour les motards.

Elle permet de relier Bologne à Florence, en traversant les Apennins de la Toscane à l'Émilie. Je pourrais piloter les yeux fermés. Pas étonnant après avoir parcouru la même portion de route pendant 20 ans. C’est dire si je les ai dans la peau ces kilomètres légendaires. »

Plus d'informations sur Automobiliste

Gary Inman - La tempête de sable

Lorsque Gary Inman, un motard encore novice en matière de piste et d’aventure décide de traverser le Sahara, il ne le fait pas avec des crampons. Il choisit des semi-slicks pour être sûr de tomber régulièrement.