Jump menu

Main content |  back to top

Editorial

La route, nous l’avons en partage. Que nous soyons gestionnaires de flotte, conducteurs ou commerciaux chez Shell. Désormais, nous sommes fiers et heureux d’avoir également cette newsletter en partage. Nous l’avons voulue pour vous. Elle parle de vous. De ce qui vous touche, au quotidien, dans la pratique de votre métier. Nous l’avons voulue comme un lien, entre vous et nous. Nous l’avons voulue comme un rendez-vous que nous vous donnons, tous les trois mois, dans votre boîte mail, dans votre téléphone. En buvant votre café, au bureau ou dans une station service. Entre collègues, le temps d’une pause.

Cette année 2013, de nombreuses nouveautés et actualités vont jalonner notre route. Déjà, ce mois-ci, vous avez pu apprécier la nouvelle ergonomie de notre outil de gestion des cartes carburant, Shell Card Online. Plus pratique, plus fonctionnel, il vous accompagne au quotidien pour vous aider à mieux gérer votre flotte.

Au salon SITL, vous avez pu découvrir  InterRoute Plus, notre nouveau boîtier pour vous accompagner, à compter du 1er octobre prochain, lors du lancement de l’Écotaxe Poids Lourds. Ou encore notre boîtier intelligent FuelSave Partner, pour réduire vos consommations de carburant.

D’autres actualités viendront, mais assez parlé de nous pour l’instant.Nous vous souhaitons une bonne lecture et une bonne route.

Shell, votre partenaire sur la route

L’œil du témoin : « Shell a de nombreux atouts»

Jaques Sorlin

Jacques Sorlin

délégué régional Rhône-Alpes FNTR

 « C’est un honneur d’être le premier à pouvoir m’exprimer dans cette toute nouvelle newsletter. C’est un plaisir et c’est aussi un symbole. Le symbole d’une relation redynamisée entre Shell et la Fédération nationale des transporteurs routiers - Rhône Alpes.

Cela fait maintenant plus de 20 ans que nous nous connaissons, que nous échangeons, que nous nourrissons une relation de confiance.

Et à l’heure où ce partenariat trouve un second souffle, je suis fier de pouvoir, ici, rappeler qu’aux yeux des transporteurs de marchandises et de voyageurs, Shell a de nombreux atouts. D’abord, la force de son réseau. Ensuite, la qualité de ses produits et services. Enfin, une réelle volonté d’être à l’écoute des besoins des transporteurs. Et cette écoute, la voici un peu plus à l’œuvre à travers cette newsletter à qui je souhaite longue route. »

Taxation du diesel, léger sursis

Taxation du diesel

 En France, le gazole est taxé à 49% tandis que le sans plomb l’est à 56%. Presque 17 centimes d’écart par litre, un record européen. Et un manque à gagner pour les caisses de l’État de près de 7 milliards d’euros, si la fiscalité entre les deux carburants se rapprochait. Sachant qu’en France le diesel représente 60% du parc automobile et 80% de la consommation de carburant, une telle éventualité est loin de faire l’unanimité. Du coup, le gouvernement a reculé… temporairement. En 2015, une hausse de la fiscalité du diesel reste envisageable.

La fiscalité sur le carburant se décompose entre la TVA et la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (ex-TIPP).  Pour un litre de sans plomb 95 à 1,562€, ces taxes représentent 0,868€, soit 56% du prix de vente. Pour un litre de diesel, elles pèsent pour 0,662€, soit 49%.

Gazole belge, la fin d’un mythe ?

Drapeau Belgique

Les idées reçues ont la vie longue. Ainsi, nombre de frontaliers avec la Belgique continuent d’aller faire leur plein outre-Quiévrain, espérant réaliser par là des économies. Las, le gazole est désormais aussi cher, voire plus, en Belgique qu’en France.

Et les taxes y sont presque aussi élevées. Explications. Le 22 avril, le diesel était en moyenne à 1,432€ en Belgique. La part des cotisations Apetra et Bofas, des accises et cotisations d’énergie et de la TVA (à 21%) représente 0,6899€, soit 48,17%. Dans le même temps, en France, les taxes pèsent 48,71%. Un écart bien faible qu’une éventuelle taxe carbone instaurée en Belgique finirait de combler. Reste que pour les professionnels de la route, la Belgique demeure, sinon un eldorado, du moins un pays avantageux.

En effet, une partie des accises est récupérable. Une disposition qui permet de réaliser de belles économies. Mais en combien de temps ? Beaucoup de professionnels se sont plaints de la lenteur de l’administration belge pour traiter leur dossier. A tel point que cette dernière a pris des engagements et recruté 23 fonctionnaires supplémentaires. Résultats, les dossiers en souffrance devraient être réglés avant la fin du mois. Une autre solution : la carte euroShell. Elle permet de récupérer la TVA dans 24 pays européens dans un délai de 14 jours.

Les aires de repos insolites

Aire de repos

Quand on voyage toute l’année pour des raisons professionnelles, s’arrêter sur  une aire de repos à l’occasion des départs en vacances peut donner l’impression d’être encore en train de travailler. Sauf à s’arrêter dans des aires insolites et d’en profiter pour y vivre une expérience forte. Quelques suggestions.

- La plus grande : l’aire du Haut Koenisgbourg se trouve à 30 km au sud de Strasbourg sur l’A35. Etendue sur 22 ha, elle abrite un centre commercial, une rivière, un verger, un labyrinthe végétal, un nid à cigognes et même une vigne. Mais qui ne donne pas de raisins.

- La plus « saline » : l’aire de la baie de Somme, avec son éolienne, à hauteur de Sailly-Flibeaucourt, entre les sorties 23 et 24 sur l’A16, offre une vue à couper le souffle sur la baie de Somme. Une table d’orientation et un point d’information touristique en font une étape quasiment incontournable pour les voyageurs. Enfin, cette aire de repos constitue le point de départ de diverses promenades pédestres ou cyclistes.

- La plus historique : à quelques encablures de Nîmes, sur l’A54, l’aire de Nîmes-Caissargues transforme une halte en un voyage dans le temps. Tout d’abord, on y découvre les colonnades de l’ancien Grand Théâtre, édifié au début du XIXème siècle, détruit par un incendie criminel en 1953 et dont la façade a alors été déplacée jusqu’en ce lieu isolé. A quelques pas, un musée témoigne des vestiges archéologiques découverts à cet emplacement lors de la construction de l’autoroute, en 1986. Parmi les pièces rares, le moulage du squelette de la « dame de Caissargues », découvert dans une sépulture vieille de plus de 5000 ans.

Comment la voiture devient un ordinateur

La voiture est devenue un ordinateur

 Elle sait tout sur vous. Vos habitudes, votre comportement. Où vous allez, à quelle heure. Non, ce n’est pas votre épouse, c’est votre voiture. Véritable ordinateur, vous déplacer est désormais sa fonction la moins importante.

Pianoter sur un écran tactile pour enregistrer des données. Un réflexe pour tous les utilisateurs de smartphone. Mais aussi pour les conducteurs de voitures et camions. Calcul d’itinéraire, recherche de contacts téléphoniques avant une communication bluetooth, visualisation de la consommation en temps réel… Déjà, une petite voiture contient plus de 100 capteurs électroniques qui parlent entre eux. Très bientôt, les voitures rouleront toutes seules. Olivier Picard, informaticien de la Vienne, a même mis au point une voiture pilotée par ordinateur : plus besoin de tenir le volant, c’est une caméra qui suit les marquages au sol et commande le volant.

La voiture est tellement devenue un ordinateur que désormais, la grande tendance est au « vol informatique » des voitures. Mais ça, on vous le racontera la prochaine fois…

Zoom sur… InterRoute Plus

Zoom sur… InterRoute Plus

L’Écotaxe est en vue. Un nouveau casse-tête pour tous les gestionnaires de flotte. Pour leur faciliter la vie, Shell a développé une solution.

Pour les véhicules circulant fréquemment en France, Shell propose le service InterRoute Plus : un système d’abonnement où toutes les transactions, détaillées, figureront sur une facture unique.

Autre avantage de cette solution, l’Etat français accorde un abattement de 10% sur le montant de la taxe à ceux souscrivant à un abonnement.