1. Avant de compenser les émissions équivalentes CO2 (CO2e)1, Shell2 conseille que le client évite d’abord, puis réduit les émissions de CO2e, et compense les émissions de CO2e uniquement dans les cas où les options susmentionnées ne sont pas réalisables. Cela peut se faire, en utilisant le moins de carburant possible, par exemple en conduisant (en tout ou partie) des véhicules électriques, en améliorant l’efficacité énergétique des véhicules et grâce à l’éco-conduite des conducteurs. À l’heure actuelle, il pourrait ne pas être possible d’éviter ou de réduire complètement les émissions de CO2e. Shell offre donc la possibilité de compenser les émissions restantes de CO2e en achetant des crédits carbone pour équilibrer les émissions complètes du cycle de vie des produits Shell Lubrifiants à l’empreinte carbone neutre.

2. Le terme « à l’empreinte carbone neutre » indique que Shell a conclu un accord par lequel une quantité d’équivalent dioxyde de carbone associée à l’acquisition et au pré-traitement des matières premières, de la production de lubrifiants, de l’emballage, de la distribution, ainsi que de l’utilisation et du traitement en fin de vie des matériaux utilisés en relation avec les produits Shell Lubrifiants, a été retirée de l’atmosphère par un processus fondé sur la nature, ou les émissions ont été économisées grâce à la dégradation évitée des écosystèmes naturels.

3. Le calcul des émissions de CO2e est le résultat de la multiplication des litres de produits Shell Lubrifiants à l’empreinte carbone neutre, achetés par le client sur le marché respectif, par les facteurs d’émission applicables.

4. À l’heure actuelle, il n’existe pas de facteurs d’émission standard ou de règles de catégorie de produits disponibles pour décrire les émissions tout au long du cycle de vie des lubrifiants. Par conséquent, les calculs de l’évaluation du cycle de vie (LCE) de Shell sont fondés sur des facteurs d’émission qui sont généralement obtenus à partir des sources suivantes : études internes de Shell, consultants externes, bases de données reconnues sur l’inventaire du cycle de vie et documentation publique. Les normes nationales et internationales ainsi que les meilleures pratiques de l’industrie ont été suivies pour établir les émissions totales de CO2e des lubrifiants Shell dans le cycle de vie. Le modèle sous-jacent a fait l’objet d’un examen critique indépendant et les processus connexes ont fait l’objet d’un examen indépendant par un organisme de vérification externe accrédité.

5. Shell compense les émissions de CO2e résultant du cycle de vie complet des lubrifiants Shell en utilisant des crédits carbone vérifiés. Un crédit carbone représente l’évitement ou l’élimination d’une tonne de dioxyde de carbone. Ces crédits sont échangés entre les gouvernements et les entreprises. Afin d’assurer la qualité et l’intégrité des crédits carbone, il existe un solide programme de normes, de processus de vérification et de registres tiers.

6. Shell et ses filiales ne sont en aucune façon responsables de toute dommage, perte ou dépenses découlant du calcul des compensations carbone.

7. Les crédits carbone ne peuvent être comptés qu’une seule fois ; Shell ne donne aucune engagement ou garantie que les compensations carbone offertes satisferont aux exigences ou aux attentes des normes de déclaration qui sont en vigueur à la date du 23 février 2021, telle que le Protocole GHG ou l’ISO 14064. Les compensations carbone peuvent être utilisées par Shell pour calculer les progrès annuels par rapport à son ambition d’empreinte carbone nette3. Shell retire les crédits carbone associés aux émissions totales de CO2e des produits à l’empreinte carbone neutre générées au cours d’une année civile chaque année, dans les 3 mois suivant la fin de l’année civile.

8. Les calculs des émissions de CO2e peuvent être l’objet de modification en raison de changements dans les spécifications des lubrifiants Shell, dans les facteurs d’émission, ou pour toute autre raison.

1 Les émissions de CO₂e (équivalent CO₂) fait référence aux émissions de CO₂, CH₄ et N₂O.

2 Les sociétés dans lesquelles Royal Dutch Shell plc détient directement et indirectement des investissements sont des entités juridiques distinctes. Dans ce document, « Shell », « Shell Group » et « Royal Dutch Shell » sont parfois utilisés à des fins pratiques lorsque des références sont faites à Royal Dutch Shell plc et à ses filiales en général. De même, les mots « nous », « nous » et « notre » sont également utilisés pour désigner Royal Dutch Shell plc et ses filiales en général ou à ceux qui travaillent pour eux. Ces termes sont également utilisés lorsqu’aucun but utile n’est servi en identifiant l’entité ou les entités particulières. Les « filiales », les « filiales shell » et les « sociétés Shell » utilisées dans le présent communiqué font référence à des entités sur lesquelles Royal Dutch Shell plc détient directement ou indirectement le contrôle.

3 L'«empreinte carbone nette » de Shell, qui comprend les émissions de carbone de Shell provenant de la production de nos produits énergétiques, les émissions de carbone de nos fournisseurs dans l’approvisionnement en énergie pour cette production et les émissions de carbone de nos clients associées à leur utilisation des produits énergétiques que nous vendons. Shell ne contrôle que ses propres émissions. Mais, pour aider la société à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, nous visons à aider les fournisseurs et consommateurs à réduire également leurs émissions. L’utilisation du terme « empreinte carbone nette » de Shell est pour plus de commodité seulement et n’a pas pour but de suggérer que ces émissions sont celles de Shell ou de ses filiales.

DÉCLARATIONS D’ASSURANCE

Les procédés associés ont été examinés de façon indépendante par Lloyd’s Register, un organisme de vérification tiers accrédité. Cela couvre les procédés suivants :

  • Procédés de calcul des émissions de dioxyde de carbone issues du cycle de vie d’un produit (documentation ici),
  • Procédés de sélection des projets tiers de solutions fondées sur la nature (NBS/ SFN) pour la génération de crédits carbone (documentation ici)
  • Procédés d’acquisition, de consolidation et d’expiration des crédits carbone (documentation ici)

En outre, un organisme de vérification indépendant accrédité a soumis le modèle, source des paramètres clés et des méthodologies de calcul de l’intensité carbone au niveau des produits, à un examen critique au regard de la norme internationale ISO 14040/44. À cette fin, un comité d’étude, comprenant des experts externes indépendants de l’industrie, a été formé.

NON RESPONSABILITÉ RELATIVE AUX ANALOGIES DE CONVERSION EN CO2e :

Ces analogies sont fournies uniquement à titre d’illustration. Shell ne fait aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, concernant l’exactitude, l’exhaustivité, la fiabilité ou la pertinence des analogies, et n’est en aucun cas responsable des pertes, dommages ou dépenses découlant du calcul des analogies ou de l’utilisation de ces analogies ou des réclamations faites à leur sujet. Les émissions réelles dues à la conduite dépendent de paramètres tels que le type de véhicule, son âge, le style de conduite, la charge du véhicule, la conduite en ville ou sur autoroute, et varient donc en fonction de chaque application individuelle. En tant que tels, ces chiffres ne doivent pas être considérés comme représentatifs d’un cas ou d’une activité spécifique. Les analogies de conduite sont basées sur les émissions directes de CO2, CH4 et N2O des véhicules et n’incluent pas les émissions provenant de la production et de la distribution de carburant (émissions du cycle de vie). Les facteurs d’émission des carburants proviennent du DEFRA britannique (2019), les distances de conduite de Google Maps (2020), et les distances de conduite aux États-Unis et dans l’UE du DOT étasunien (2018) et de l’ODYSSEE-MURE européen (2017).

AUTRES AVERTISSEMENTS :

Ce document contient des données et des analyses issues du scénario Sky de Shell.

Les scénarios de Shell ne sont pas destinés à être des projections ou des prévisions pour l’avenir. Les scénarios de Shell, y compris les scénarios contenus dans le présent rapport, ne sont pas la stratégie ou le plan d’affaires de Shell. Lors de l’élaboration de la stratégie de Shell, nos scénarios sont l’une des nombreuses variables que nous considérons. En fin de compte, la question de savoir si la société atteint ses objectifs de décarbonisation n’est pas sous le contrôle de Shell. Bien que nous ayons l’intention de parcourir ce chemin en phase avec la société, seuls les gouvernements peuvent créer le cadre de réussite. Le scénario Sky 1.5 commence par les données du scénario Sky de Shell, mais il y a des mises à jour importantes. Tout d’abord, les perspectives utilisent la modélisation la plus récente pour l’impact et la récupération de COVID-19 compatible avec un récit de scénario Sky 1.5. Deuxièmement, il combine cette projection dans les données existantes du système énergétique Sky (2018) vers 2030. Troisièmement, l’ampleur des solutions fondées sur la nature est intégrée dans le scénario de base, qui bénéficie d’une nouvelle modélisation étendue de cette échelle. (En 2018, les solutions fondées sur la nature nécessaires pour atteindre 1.5 °C au-dessus des niveaux pré-industriels d’ici la fin du siècle ont été analysées comme une sensibilité au Sky. Cette analyse a également été examinée et incluse dans le rapport spécial du GIEC sur le réchauffement climatique de 1.5 °C (SR15).) Quatrièmement, notre nouvelle modélisation de l’offre de pétrole et de gaz naturel, avec des perspectives compatibles avec le récit Sky 1.5 et la demande, est présentée pour la première fois. Cinquièmement, le scénario Sky 1.5 s’appuie sur les dernières données historiques et estimations pour 2020 provenant de diverses sources, en particulier les vastes statistiques énergétiques de l’Agence internationale de l’énergie. Comme pour Sky, ce scénario suppose que la société atteint l’objectif de 1.5 °C de l’Accord de Paris. Elle est enracinée dans des dynamiques de développement étirées mais réalistes aujourd’hui, mais explore une façon orientée vers l’objectif d’atteindre cette ambition. Nous avons travaillé à la conception de la façon dont cela pourrait se produire, compte tenu des réalités de la situation d’aujourd’hui et en tenant compte des délais réalistes pour le changement. Bien sûr, il existe plusieurs chemins possibles que la société pourrait prendre pour atteindre cet objectif. Bien qu’il soit extrêmement difficile d’atteindre l’objectif de l’Accord de Paris et de l’avenir décrit dans Sky 1.5 tout en maintenant une économie mondiale en croissance, il reste aujourd’hui une voie techniquement possible. Cependant, nous croyons que la fenêtre pour le succès se referme rapidement.

En outre, il est important de noter qu’en date du 23 février 2021, les plans et budgets d’exploitation de la société Shell ne reflètent pas l’objectif de Shell à parvenir au zéro émission nette. L’objectif de Shell est que ses plans et budgets d’exploitation soient, à l’avenir, modifiés pour refléter cette démarche vers zéro émission nette. Toutefois, ces plans et budgets devront être en phase avec le mouvement vers une économie à zéro émission nette au sein de la société civique et parmi les clients de Shell.

Dans ce document, nous pouvons également faire référence à l’ « empreinte carbone nette » de Shell, qui comprend les émissions de carbone de Shell en lien avec la production de nos produits énergétiques, les émissions de carbone de nos fournisseurs dans le cadre de la fourniture d’énergie pour cette production, ainsi que les émissions de carbone de nos clients liées à leur utilisation des produits énergétiques que nous commercialisons. La société Shell contrôle uniquement ses propres émissions. L’expression « empreinte carbone nette » n’est utilisée qu’à des fins pratiques et ne vise pas à suggérer que ces émissions sont celles de Shell ou de ses filiales.